Le parcours de Lydia, iconographe à Marseille



L'art, un choix de vie


Lydia, née à Marseille, dans une famille de double culture française et grecque, grandit dans la foi orthodoxe. Profondément attachée à ses racines, elle séjourne à plusieurs reprises en Grèce depuis ses plus jeunes années. Dès l'âge de onze ans, elle se rend chaque jeudi à l’école des Beaux-arts de Marseille où l'on s'exerce alors à dessiner au fusain d'après des moulages d'antiques. Plus tard, décidant de consacrer sa vie à la pratique artistique, Lydia poursuit ses études dans ce même établissement en se spécialisant dans le domaine de la gravure, et plus particulièrement de la lithographie. Son diplôme de fin d’études, obtenu en 1973, lui permet d'ouvrir un premier atelier d’arts plastiques dans sa ville natale.

Au cours des années suivantes, elle sera successivement dessinatrice en paléontologie au CNRS, illustratrice pour une maison d’éditions, et surtout enseignante en arts plastiques et en histoire de l’art auprès d'enfants et d'adultes. A titre personnel, elle réalise de nombreuses œuvres selon des techniques variées : gravures, huiles sur toiles, sculptures…et expose essentiellement ses œuvres peintes et gravées.

Dans les années 1990, elle s'initie à l’art de la crèche provençale, qu’elle réalise en argile crue selon la technique originelle ; banissant le moulage en série de sa pratique, elle modèle tous ses santons, maisons et paysages entièrement à la main et à l'aide de gouges en bois, faisant ainsi de chaque sujet une pièce unique.



L'iconographie : un sacerdoce


portraitEn 2000, elle participe par curiosité, à un stage d’iconographie dirigé par Constantin Xenopoulos, professeur d’iconographie à la Faculté de Théologie de Thessalonique, en Grèce. Cette expérience constitue pour elle une véritable révélation. Elle décide de cesser ses autres activités professionnelles pour se vouer à cet art pleinement en accord avec sa foi.

L’église orthodoxe de la Dormition de la Mère de Dieu, à Marseille, à laquelle elle est très attachée depuis son enfance, lui fait le très grand honneur de procéder à sa consécration en tant qu'iconographe. Cette cérémonie est réalisée le 11 janvier 2004 par le Métropolite Emmanuel, sur proposition du Recteur, le père Joachim Tsopanoglou.Depuis cette date, elle exerce dans son atelier personnel ainsi qu'au cœur de cette église, dans sa ville natale.

Pour Lydia, la pratique iconographique est, davantage qu’une profession, un véritable sacerdoce :

« L’icône est une image conductrice : plus je regarde cette image et plus mon âme est régénérée par la grâce divine. Aussi chaque jour qui passe, je remercie Dieu de m’avoir consacrée à cet art… »


Haut de page

Aller à : "Les activités à l'atelier d'iconographie"

Plan du site| Accueil| Mentions légales| Contact